Combattre anxiété et dépression

Vous souvenez-vous de quand vous étiez enfants, libres de toute préoccupation, et le monde représentait une source infinie d’opportunités ? Tout apparaît possible, et cela rendait la vie excitante en nous remplissant de joie. 

Petit à petit, devenir un adulte semble nous éloigner de cette excitation, on commence à percevoir le stress et l’anxiété qui pèsent sur nous, et on perd à petit feu cette énergie électrique qui nous habitait. 

Schermata 2018 12 09 alle 15.34.43 - Combattre anxiété et dépression

Il existe une raison biologique qui explique pourquoi, dans notre vie d’adultes, il est si simple de perdre la motivation et de se laisser écraser par ces sentiments négatifs : cela s’appelle dopamine. La dopamine est un neuro-transmetteur, une molécule biochimique libérée par les neurones. Précurseur de l’adrénaline, elle est responsable du contrôle de la sensation de gratification. Cette molécule est relâchée par les neurones en guise de récompense, lorsqu’on effectue une action qui, à l’origine, permettrait d’augmenter nos chances de survie et de procréation (comme chasser une proie, cueillir de la nourriture ou trouver un partenaire).

Dans la civilisation actuelle ces processus naturels ont disparu, car tout est accessible à chaque coin de rue, et la recherche d’une source de dopamine nous amène à : consommer la nourriture des fast-food, jouer à des jeux vidéos, rejoindre des sites de rencontres et des sites porno. Ces actions permettent à nos neurones de relâcher de la dopamine en grande quantité et pendant de longs moments, alors que notre “effort de survie” n’a pas eu lieu (ce qui est contre-productif à la fonction même de ce neurotransmetteur).
Ce surplus de dopamine dans les synapses neuronales provoque une sensation d’excitation à court terme, mais à long terme cela cause un sentiment de manque de motivation, manque d’énergie et insatisfaction. En effet les récepteurs de la dopamine, habitués à des quantités abondantes, en deviennent moins sensibles. Donc notre corps a besoin de plus en plus de dopamine pour en percevoir l’effet gratifiant : c’est le principe de base d’une addiction

Si vous vous sentez anxieux, déprimé, démotivé, léthargique, ou que vous souffrez de maladies comme l’obésité ou le trouble obsessionnel compulsif, il y a de fortes chances que vous souffrez d’un manque de dopamine. En effet, c’est extrêmement difficile de maintenir un style de vie motivé et ne pas se laisser engloutir dans cette spirale addictive dans la vie moderne. 

Vous pouvez cependant vous libérer de certaines habitudes toxiques qui sont à l’origine de cette addiction, et de ce manque de bien être. 

Les réseaux sociaux 

Les réseaux sociaux sont la plus forte source de distraction du XIXème siècle. Il est absolument choquant de voir l’expansion que ces sites ont depuis quelques années. La preuve : les français passent en moyenne environ 1h30 par jour sur les réseaux sociaux, Facebook en première place. Ces chiffres sont d’autant plus alarmants aux Etats-Unis, car ils représentent plus que le double. Imaginez quelle énorme perte de temps que cela constitue, imaginez tout ce qu’on pourrait faire de notre vie avec 2 heures de temps supplémentaire par jour. 

Schermata 2018 12 09 alle 15.16.22 - Combattre anxiété et dépression

Cette constante recherche de dopamine via les réseaux sociaux,  qui nous pousse à vérifier notre smartphone sans interruption en attente du plaisir et excitation de voir que quelqu’un a aimé notre photo ou notre statut, correspond à une recherche de “validation sociale“. Savez-vous combien de fois par jour on regarde notre téléphone ? En moyenne 221 fois selon une étude faite au Royaume Uni. Si vous voulez tester votre propre utilisation, il existe pour cela des applications (Checky par exemple). 

Pas seulement cela nous distrait constamment de notre activité, mais en plus cela crée une frustration constante, une sensation d’infériorité et un besoin de se montrer de plus en plus, pour ne pas être oublié sur ces réseaux. 

Gardez toujours à l’esprit que ce que vous voyez sur ces sites, c’est uniquement ce que les autres veulent vous montrer. Les moments les plus excitants, uniquement, seront partagés, en faisant apparaître la vie des autres meilleures que la vôtre (car, de votre vie, vous voyez l’intégralité).

Tellement de personnes développent des sentiments d’infériorité, et perçoivent leur vie comme catastrophique, car il se basent sur la comparaison avec la vie apparemment excitante et épanouie partagée par les autres.

Coupez au maximum votre utilisation des réseaux sociaux, et n’oubliez pas que vous observez des histoires que les autres utilisateurs décident de vous raconter, et pas leur vie réelle. Soyez plutôt enclins à socialiser avec des personnes réelles. Vous verrez, votre confiance en sera nettement améliorée. 

La porno-dépendance

Ces sites sont une des sources de gratification non naturelles les plus abusées. Le danger est d’autant plus fort sur cette ressource, car il n’existe pas une limite de combien on peut en “consommer”, contrairement à la nourriture par exemple. Certaines personnes développent une vraie addiction au porno, aujourd’hui reconnue avec le nom de porno-dépendance. 

Cette dépendance peut prendre des formes différentes, les plus communes consistent en : 

  1. La recherche de contenu pornographique. Celle-ci est la forme la plus commune de dépendance au porno, et une bonne partie des personnes qui en souffrent n’est pas consciente de sa dépendance. Elle consiste en une recherche constante d’images et de films pornographiques, mais elle n’entraîne aucune interaction et reste donc passive. 
  2. La recherche virtuelle d’interactions. Ici le porno-dépendant cherche à rentrer en contact avec des personnes rémunérées pour avoir des relations sexuelles virtuelles, tout en restant de sa part anonyme. Ici il y a un passage à l’acte qui marque cette dépendance car il rentre en contact, même si anonymement, avec un autre individu.

Cela peut tout de même aller plus loin, en poussant la personne à la recherche d’une constante interaction physique et réelle, via des sites spécialement conçus pour ces rencontres ou des clubs de libertinage par exemple. 

La porno-dépendance est encore partiellement un taboo aujourd’hui, cependant des groupes de soutien commencent à naître à ce sujet. 

Éliminez donc toute forme de porno de votre vie, et investissez ce temps dans des activités naturelles qui vous font plaisir. 

La télé et les jeux vidéos

Ces formes de distraction sont bien sûr un bon moyen de se relaxer, mais elles deviennent trop souvent une cage létale pour la motivation. Une fois en train de regarder notre série préférée, il est vraiment difficile d’arrêter, et parfois cela se transforme en une énorme perte de temps et nous empêche même de sortir. 

Schermata 2018 12 09 alle 15.19.26 - Combattre anxiété et dépression

Les rebondissements qu’on observe dans ces séries et ces jeux nous tiennent collés à notre canapé pendant des heures, car on en devient dépendant. Les jeux vidéos constituent un danger encore plus fort que la télévision, car ils contiennent un principe de niveaux, qui nous pousse à vouloir progresser (ce qui équivaut à jouer plus, plus longtemps). 

Pour minimiser votre utilisation de télé et jeux vidéos, restez occupé. Utilisez ce temps pour cultiver des habitudes quotidiennes utiles et constructives. Lisez, faîtes de l’art, de l’activité physique, passez du temps avec les personnes que vous appréciez. 

Le sucre

Comme vous l’avez peut-être déjà entendu dire, le sucre est une des substances les plus addictives qu’on consomme.
La consommation de sucre stimule largement le relâchement de dopamine. Cela vient du fait qu’avant l’invention de l’agriculture, les sources de sucre étaient moindres, et notre corps, ayant besoin de sucre, a donc développé une “prime” pour quand on en trouvait. Aujourd’hui, on trouve du sucre dans les aliments les plus insoupçonnés, et cela explose très facilement nos quotas lorsque notre alimentation est constituée de produits industriels. Pas uniquement les gâteaux ou les desserts, mais aussi le pain, les pâtes, les sauces comme le ketchup et la mayonnaise en contiennent, et la liste est vraiment très longue. La surconsommation de sucre induit d’innombrables conséquences néfastes à notre organisme, et représente une des causes qui provoquent des maladies très répandues aujourd’hui comme l’obésité, le diabète de type 2, l’hypertension et les maladies cardiaques. Des recherches analysent aussi la probable implication d’une surconsommation de sucre dans le développement de la maladie d’Alzheimer. 

Réduisez au maximum votre consommation de sucres raffinés. Privilégiez une alimentation saine et naturelle à des produits industriels, et prenez l’habitude d’observer les étiquettes de ce que vous achetez. 

Théorisation excessive

La pensée compulsive consiste dans le fait de constamment créer et recréer des scénarios mentaux qui nous projettent dans le futur, et qui nous causent infiniment d’angoisses et de peurs paralysantes.
Beaucoup d’entre nous, passionnés par le développement personnel, ont pris conscience de cette pensée compulsive et essayent de l’abandonner en se rendant compte d’à quel point cela est compliqué. 

Schermata 2018 12 09 alle 15.26.42 - Combattre anxiété et dépression

Ces scénarios mentaux qui se reproduisent sans cesse, en théorisant les situations sans que cela n’implique aucune action concrète, est en réalité une demande de dopamine de la part de notre corps. Cette action, aussi appelée “masturbation mentale”, nous amène souvent à observer admirativement la vie de ceux qui passent à l’action, et à en percevoir une excitation et une satisfaction comme si c’était nous, alors que cela ne nous apporte aucun bénéfice. 

Essayez de maintenir un ratio d’actions-par-théorie très important.  En pratique, tenez le compte des actions tangibles que vous effectuez pour rejoindre vos objectifs, et permettez vous d’observer une théorie (un exemple qui nous inspire) seulement toutes les 4 ou 5 actions par exemple. De cette manière, vous échapperez au risque de sur-théoriser tout ce que vous voulez faire, et mettrez en pratique des actions concrètes plutôt qu’observer celles des autres. 

Malheureusement on vit aujourd’hui dans une recherche infinie et insatiable de dopamine, qui nous rend complètement victime du système de la surconsommation

Vous libérer de ces 5 habitudes toxiques vous rendra psychologiquement et physiquement plus sain. Cela demande un fort mental et beaucoup de conscience de soi, mais observer le cercle vicieux dans lequel l’abus de dopamine vous pousse sera essentiel pour vous libérer de l’anxiété, et le premier pas pour dépasser la dépression.

Privilégiez des rencontres et des relations vraies, plutôt que la recherche de satisfaction sexuelle ou d’approbation sociale sur le net. Soyez plus confiant en vous, utilisez votre temps de manière constructive, mangez mieux et surtout… soyez libres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vos opinions
[Total : 1    Moyenne : 4/5]
Partager
Facebookmail