incroyables bienfaits de l’Aloe Vera

Utilisée depuis l’antiquité, l’Aloe vera a été adoptée dans les médecines traditionnelles de nombreuses régions chaudes du monde, grâce à ses nombreuses propriétés bénéfiques. Son utilisation est née au dixième siècle, d’abord par les peuples d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, puis d’Inde, de Chine, d’Asie et d’Amérique quelques siècles plus tard. Actuellement, le gel d’Aloe est un produit très communément utilisé dans la composition de cosmétiques, de boissons ou de compléments alimentaires.

Schermata 2018 12 13 alle 17.02.37 - incroyables bienfaits de l'Aloe Vera

On va donc voir les bienfaits de l’Aloe,  ainsi que les meilleurs moyens pour en consommer naturellement, en évitant d’acheter des produits très cher dont la présence en Aloe n’est souvent pas claire.

Pour la peau 

L’Aloe Vera possède des propriétés calmantes et régénérantes, ainsi que des vertus anti-inflammatoires. Cela a un effet très bénéfique pour notre peau, et fait de cette plante un médicament naturel pour apaiser les brûlures, coups de soleil, mais aussi pour favoriser la cicatrisation et, en application locale, pour calmer le psoriasis ou l’eczéma. 

L’Aloe Vera possède en plus des propriétés anti-bactériennes, ce qui en fait un bon allié pour traiter les infections cutanées. Non seulement cette plante aide énormément à la guérison de la peau, mais son gel aide également à en améliorer l’élasticité, en luttant donc contre le vieillissement. En effet, elle favorise le renouvellement cellulaire, en particulier via la production de fibroblastes, les cellules responsable du renouvellement du collagène. De plus, elle a un effet hydratant sans rendre la peau grasse. 

L’Aloe Vera est donc un élément excellent pour la peau. Évitez cependant les cosmétiques industriels, qui vous font dépenser beaucoup d’argent. Ces produits sont souvent pauvres en Aloe Vera, pleins de parabènes et d’autres substances nocives, et qui ne sont souvent pas étiques (produits polluants, testés sur les animaux) ainsi que mauvais pour votre peau. Privilégiez des produits véritablement composés d’Aloe Vera, ou, encore mieux, achetez une feuille et tirez-en le gel vous-même 🙂 .Vous pouvez couper une tranche, en enlever la peau et ensuite mixer l’intérieur. Vous obtiendrez un composé mousseux que vous pouvez étaler en très légère quantité sur votre peau, pour qu’il s’absorbe rapidement. Ceci laissera votre peau douce et hydratée.

En alimentation 

L’Aloe Vera peut également être intégrée à l’alimentation, elle contient des enzymes qui régulent les fonctions hépatiques, elle a des propriétés antalgiques et curatives contre de nombreuses affections de l’appareil digestif. Cette plante est une précieuse source d’éléments nutritifs, en particulier d’acides aminés (7 des 8 acides aminés essentiels), vitamines (A, B, C, E), minéraux,  et oligo-éléments. Ces nutriments font de cette plante un vrai allié santé, important pour booster nos défenses immunitaires ainsi que pour traiter les allergies.

Pour consommer l’Aloe Vera, vous pouvez prendre une feuille, en couper des tranches et enlever la peau. Il en restera une tranche plutôt molle et très gluante. Elle doit être consommé crue pour ne pas en perdre les propriétés, vous pouvez donc la consommer au naturel, mais le goût n’est pas très intéressant et la texture n’est pas optimale consommée de cette manière. Donc, le meilleur moyen est d’en ajouter un peu à vos smoothies, de cette manière vous aurez tous les bienfaits tout en gardant un goût exceptionnel. Vous pouvez également en acheter en complément alimentaire. 

Pour les cheveux

Comme vous pouvez l’imaginer, les bienfaits que cette plante apporte à notre peau ainsi qu’à notre alimentation, s’appliquent également pour nos cheveux. En effet, utilisée comme masque pour cheveux, elle a un effet très nourrissant et bénéfique. Pour ceci vous pouvez profiter de la meme préparation que vous avez réalisé pour votre peau, mais utilisé cette fois en abondante quantité pour bien nourrir les cheveux avant de la rincer. Ce produit naturel peut donc facilement remplacer les produits chimiques, souvent très chers, qu’on utilise pour prendre soin de nos cheveux. Tout cela sans affecter l’environnement et en 100% vegan ;-). 

Schermata 2018 12 15 alle 12.04.38 - incroyables bienfaits de l'Aloe Vera

Voici donc trois raisons de se lancer dans l’utilisation de cette plante miraculeuse, qui regorge de bienfaits pour notre santé. Encore une fois, les solutions pour réussir à prendre soin de notre corps comme il se doit se trouvent simplement dans les plantes. Ici encore, vous avez la preuve que les végétaux sont vos meilleurs amis. L’Aloe Vera a des vertus incroyables, comme exprimé ci-dessus, et heureusement ses qualités sont aujourd’hui bien reconnus et largement utilisés. Encore une fois, faîtes attention aux produits que vous achetez (car ceux issus des industries sont très souvent plus mauvais pour votre santé que le contraire) et favorisez ce qu’il y a de plus naturel. Votre corps vous dira merci ! 😉

sucres raffinés : ennemi santé

pexels photo 271082 - sucres raffinés : ennemi santé

Le sucre est important pour le bon fonctionnement de notre organisme, il est dans ce cas plutôt utilisé sous le terme de “glucides”. Cela comprend ce que l’on appelle communément les sucres rapides (ceux qui sont directement assimilables comme le fructose et le glucose), et les sucres lents (ceux qui demandent une métabolisation plus lente comme les féculents, composés d’amidon). Cependant, lorsque nous parlons de “sucres”, les gens pensent immédiatement à ceux que l’on consomme au quotidien : les sucres raffinés (dont le sucre blanc).

Les sucres sont, à la base, le carburant de notre corps puisqu’ils nous donnent de l’énergie. Malheureusement, lorsqu’ils sont transformés industriellement, ils représentent aujourd’hui un grand danger pour notre santé. Dans cet article, je vais vous expliquer en quoi les sucres raffinés sont mauvais pour votre organisme.

Les sucres raffinés : omniprésents dans votre quotidien

pexels photo 772278 - sucres raffinés : ennemi santé

Depuis quelques années déjà, le monde entier traverse une crise sanitaire particulière qui n’existait pas vraiment avant : l’obésité. Elle est le résultat d’une société fortement consommatrice de mauvais sucres, induisant de nombreuses maladies comme les diabètes par exemple. Il est effrayant de constater que nous n’avons aucune idée d’à quel point les sucres raffinés sont présents dans l’alimentation de notre quotidien, ils sont absolument partout.

Il est dit que seulement un quart de la consommation de sucre est consommée de façon directe (sucre roux en morceaux ou en poudre, sirops naturels), et que tout le reste correspond à une consommation indirecte de sucres transformés industriellement (gâteaux, boissons, confitures, bonbons, alcools). Encore là, vous me direz que vous vous y attendiez, vous savez bien que ces aliments sont fortement sucrés. Mais si je vous disais qu’en plus de cela, vous pouvez même trouver des sucres raffinés dans les produits pharmaceutiques et les cosmétiques … incroyable n’est-ce pas ?

Pourquoi le “mauvais sucre” est-il un danger ?

pexels photo 1154756 - sucres raffinés : ennemi santé
  • Il acidifie votre organisme : le sucre transformé est en effet un fort acidifiant, il crée un excès d’acidité dans le corps, ce qui a pour conséquences de provoquer les symptômes suivants : inflammations, maux d’estomac et acidité gastrique. 
  • Il favorise grandement la prise de poids : la consommation de sucres entraîne le stockage de glucose dans les cellules. S’il n’est pas éliminé par une activité physique au niveau de la quantité de sucres ingérée, ce stock de glucose se transforme en matière grasse.
  • Il favorise le diabète : la forte présence de glucose dans le sang stimule fortement la production d’insuline (qui sert à réguler le niveau de sucre dans le sang justement). Cependant, au fil du temps, cet excès de glucose sanguin entraîne un profond déséquilibre dans le travail du pancréas et celui de l’insuline.
  • Il détériore les réserves de sels minéraux et de vitamines :  le sucre a malheureusement un effet déminéralisant, cela signifie qu’il puise dans les réserves de minéraux. En effet, digérer du sucre raffiné demande au corps d’utiliser une très forte concentration de calcium et de vitamine B, substances que le corps doit trouver dans nos os et nos cheveux par exemple. Ainsi, surconsommer du sucre peut avoir une grave conséquence de dénutrition. 
  • Il provoque une forte dépendance : on appelle le sucre la “drogue moderne”, parce qu’en stimulant profondément les zones de plaisir du cerveau, il joue le rôle d’une drogue et vous incite continuellement à en consommer encore et encore pour vous sentir satisfait. En jouant notamment sur l’humeur, en encourageant la production d’endorphines (les molécules du bonheur), les sucres vous poussent silencieusement à toujours avoir envie de chocolat, de beignets ou de gâteaux. C’est d’ailleurs pourquoi c’est très souvent dans des moments de mal-être et de tristesse, que l’on a le plus envie de manger des produits sucrés.

Le sucre raffiné : qu’est-ce que c’est concrètement ?

pexels photo 1407346 - sucres raffinés : ennemi santé

Qu’il s’agisse de sucre roux, blanc ou complet, ils sont tous des sucres proches en termes de composition. Ils sont en effet tous constitués de saccharose, une molécule constituée de fructose et de glucose. Le sucre complet ou le sucre roux sont peu transformés industriellement, et contiennent encore des sels minéraux. Le sucre blanc, par contre, est presque entièrement constitué de saccharose pur, sans minéraux car il a été fortement transformé. 

Lorsque vous achetez du sucre de canne blanc, il s’agit d’un sucre qui a été fortement transformé (car auparavant il était de couleur marron comme le sucre roux), lui retirant tout intérêt nutritif. Ce raffinement du sucre est une sorte de purification qui retire tous les pigments du sucre, mais de ce fait, tous les avantages nutritionnels qu’il contient. Lorsque vous prenez de la cassonade, la couleur est certes marron, cependant il s’agit en réalité d’un sucre blanc qui a été coloré à l’aide d’un colorant après avoir été raffiné. Il est donc bien mieux pour votre santé de consommer du sucre de canne roux ou complet, qui n’a pas été totalement vidé de ses propriétés.

Le problème, c’est que ce sucre raffiné fortement nocif pour votre santé, se trouve être utilisé par les industriels dans toutes leurs créations alimentaires qui vous rendent accros : barres de chocolat, pâtes à tartiner, vos biscuits préférés, les sodas, les pâtisseries, les jus de fruits (sucres ajoutés), les tablettes de chocolat blanc ou au lait, etc. 

Mais alors, quels sucres consommer ?

pexels photo 235767 - sucres raffinés : ennemi santé

La meilleure chose à faire est de limiter au maximum les sucres de votre alimentation, car même s’ils sont naturels et peu transformés, trop en consommer devient dangereux pour votre santé.

Afin que vous puissiez vous y retrouver lorsque vous faîtes vos courses, voici quelques appellations utilisées par les compagnies industrielles pour tromper le consommateur et cacher l’utilisation abusive de mauvais sucres dans leurs produits : maltose, sirop de glucose, fructose, miel, glucose, sirop de blé. Il est conseillé d’éviter les aliments dont les emballages comprendraient ce type d’appellations.

Préférez des alternatives naturelles au sucre industriel, qui ne subissent ni raffinage ni forte transformation, conservant alors leurs vitamines, acides aminés et minéraux. En voici quelques exemples : 

  • Le fructose : issu des fruits, il a un fort pouvoir sucrant tout en ayant un faible indice glycémique. Ce pourquoi il se comporte comme un sucre lent, et apporte une énergie diffuse qui dure longtemps. Son métabolisme ne demande pas l’utilisation d’insuline, il permet alors à votre corps de l’assimiler sans efforts.
  • Le sucre de canne intégral : il n’a subit aucun raffinage, ainsi il a conservé ses propriétés intéressantes pour l’organisme. 
  • Le sirop d’érable : très riche en sels minéraux (potassium, magnésium, fer et phosphore), il permet de lutter contre les carences minérales et représente un réel atout pour votre santé. Au fort pouvoir sucrant mais tout en restant naturel, il est une bonne alternative aux sucres raffinés. 
  • Le caroube : très sucré, c’est le fruit du caroubier. Très riche en fibres et en calcium, il est un bon moyen de sucrer tout en ayant accès à des propriétés naturelles bonnes pour l’organisme. 
  • La stévia : elle a un pouvoir sucrant largement supérieur à celui du saccharose, mais elle a la particularité de ne pas être calorique du tout. Elle n’entraîne aucun effet négatif sur le corps.

Comment ralentir le vieillissement du corps : les vertus du jeûne

pexels photo 414553 - Comment ralentir le vieillissement du corps : les vertus du jeûne

Nous sommes aujourd’hui habitués à manger plusieurs fois par jour de manière plus ou moins équilibré, parfois même, nous mettons au défi les capacités de notre corps en mangeant bien plus que nous en avons besoin (c’est de la faute de la gourmandise bien évidemment…). Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi. Bien avant notre société actuelle, il y a de cela quelques milliers d’années, il arrivait à l’espèce humaine de traverser des périodes de privation alimentaire. En effet, la nourriture n’était pas toujours abondante ou présente, selon les saisons ou les lieux. Le corps humain s’est alors adapté à stocker afin de survivre durant ces périodes de “désert nutritif”. Ces passages de jeûne étaient certes involontaires, mais ils existaient. Aujourd’hui, notre système digestif est bien trop sollicité, ce qui fatigue énormément notre corps qui en subit les conséquences. Ballonnements, fatigue chronique, peau en mauvaise santé, nausées … Notre corps nous parle régulièrement, afin de nous faire comprendre que lui aussi, parfois, a besoin d’une pause. Il est heureusement tout à fait possible de répondre à ce besoin de repos du corps, en pratiquant un à trois jours de jeûne thérapeutique. Durant ce temps de repos bien mérité, votre corps pourra se rééquilibrer, ce qui aura un effet bénéfique pour votre corps.

Quels sont les bienfaits d’un jeûne thérapeutique ?

Repos salvateur pour votre système digestif 

pexels photo 95213 - Comment ralentir le vieillissement du corps : les vertus du jeûne

Vos organes sont généralement bien trop sollicités au quotidien, et malheureusement cela s’accompagne d’une alimentation déséquilibrée. Votre organisme a alors tendance à devenir lourd, ce pourquoi lui accorder de temps en temps un peu de répit ne peut être qu’une bonne idée !

Une fois votre système digestif mis au repos lors du jeûne, car il n’a rien à digérer, cela permet à votre corps d’avoir de l’énergie en plus qu’il peut consacrer à une autre activité que la digestion. Vos organes digestifs mis au repos vont donc avoir du temps pour se régénérer et se purifier des toxines, c’est un peu comme vous et le weekend ou les vacances : c’est important de souffler après avoir beaucoup travaillé. Eh bien pour votre corps, c’est la même chose ! Lors de ce “nettoyage” du corps, il est très important de bien vous hydrater (à ce sujet, l’article 5 raisons de boire plus d’eau) pourrait vous intéresser). Boire beaucoup d’eau permet à votre corps d’éliminer efficacement les déchets, et de s’hydrater correctement. Une bonne élimination des toxines permet de retrouver vitalité et énergie et une sensation de sérénité

  • Repos des intestins : grâce au jeûne, ils vont pouvoir se renouveler au niveau de leur paroi, et d’entretenir la santé de la flore intestinale (elle profite de l’occasion pour se rééquilibrer).
  • Intérêt anti-inflammatoire sur l’estomac : étant mis au repos, votre estomac va pouvoir se rétablir et se régénérer. Cela permet d’éviter certains troubles de l’estomac, comme les inflammations.
  • Détoxification du foie : deux ou trois jours de jeûne suffisent déjà à bien reposer votre foie, qui en profite pour se purifier. Son travail étant de nettoyer votre organisme des toxines, lorsqu’il est au repos, cela lui permet de se concentrer sur d’autres toxiques que celles que vous avez l’habitude de lui soumettre lorsque vous mangez. Il a ainsi le temps de se concentrer sur d’autres toxines qu’il met en général de côté par manque d’énergie, ainsi les acides gras et sels ammoniacaux quitteront votre organismes via l’urée. Vous ne vous en sentirez que mieux ! 
  • Pancréas au repos : produisant l’insuline pour équilibrer le taux de glycémie dans le sang, il faut dire qu’il est souvent épuisé par une alimentation trop riche. Avec le jeûne thérapeutique, il peut se permettre de limiter sa production d’insuline. Cela aura pour effet de limiter des risques d’inflammations dans votre corps.

Le jeûne et sa propriété détox

pexels photo 914909 - Comment ralentir le vieillissement du corps : les vertus du jeûne

Il ne faut absolument pas considérer le jeûne thérapeutique comme un régime, le but de cette pratique n’est pas du tout de perdre du poids. Cependant, en le pratiquant de temps en temps, il favorise la perte de poids.

Mais attention ! Je tiens à préciser que la pratique du jeûne doit se faire sur peu de jours, quatre maximum si vous n’avez pas l’habitude, demandez conseil à un médecin avant de vous engager dans une durée de jeûne plus longue que juste quelques jours. De plus, un jeûne thérapeutique ne signifie pas forcément de ne strictement rien avaler durant trois jours, puisque vous pouvez vous hydrater et consommer une fois dans la journée des plats très légers comme des bouillons par exemple. 

Au cours d’un jeûne plus ou moins long, un amaigrissement est inévitable, cependant lors de la reprise d’une alimentation normale, il vous faudra faire attention et manger de façon équilibrée durant quelques temps ensuite (sinon vous reprendrez illico ces quelques grammes ou kilos perdus). Il est de plus dangereux pour votre santé de pratiquer le jeûne durant trop longtemps, car au bout d’un moment, ce n’est plus dans la graisse stockée que votre corps ira puiser l’énergie dont il a besoin, mais dans vos muscles. Faîtes alors bien attention, renseignez-vous bien avant de vous lancer dans cette pratique, soyez attentifs à vos besoins personnels et prenez conseils auprès d’une personne qualifiée pour tout doute. 

Le jeûne a donc une propriété détox, parce qu’il purifie votre organisme, comme expliqué ci-dessus. Arrêter de manger (ou en tout cas des aliments solides et riches) permet à votre corps de se débarrasser des impuretés au maximum. Votre corps aura ensuite, après cette purification, l’opportunité de fonctionner encore mieux qu’avant. 

Une façon de prendre soin de votre système cardiovasculaire

pexels photo 433267 - Comment ralentir le vieillissement du corps : les vertus du jeûne

Jeûner permet d’améliorer votre système cardiovasculaire. Pourquoi ? Une des raisons principales de mortalité dans le monde correspond à une négligence de l’alimentation, qui par étant bien trop riche et/ou très déséquilibrée, conduit à des maladies cardiovasculaires importantes. Grâce à ses vertus purificatrices, le jeûne élimine les déchets stockées dans votre corps. Le sang qui y circule est alors plus “propre”, vos canalisations corporelles (artères, veines) se voient alors moins encrassées de mauvais cholestérol et triglycérides, ce qui leur évite de se boucher. Les risques de troubles vasculaires sont ainsi diminués (tout comme le simple fait d’avoir une alimentation équilibrée, favorisant les produits végétaux au lieu de ceux d’origine animale qui sont à la source de ces problèmes de “gras dans le sang”), améliorant votre santé. 

Pratiquer le jeûne : comment s’y prendre ?

Il existe différentes manières de pratiquer le jeûne thérapeutique, durant lesquelles vous pouvez consommer de l’eau évidemment, du thé, des infusions (évitez le café mais sinon ce n’est pas dramatique) et des bouillons très légers. Je vais évoquer ici trois exemples de pratiques du jeûne, il est important de faire celle qui correspond le mieux à vos besoins et à votre corps.

1- Le jeûne “Je fais comme je peux quand je peux” : alors là c’est super facile ! Il vous suffit de vous écouter. Pratiquer le jeûne de cette façon revient à décider vous-même si vous êtes dans un état favorable au jeûne ou pas. Si vous ne ressentez pas le besoin de manger lors d’une journée parce que vous n’avez pas faim, que vous soyez malade, très occupé ou simplement pas affamé, ce n’est pas dramatique du tout ! Dans ces moments-là, vous pouvez vous permettre de sauter des repas dans la mesure où vous n’avez pas faim. Ecouter votre corps peut donc vous guider quant aux moments opportuns pour jeûner, ou pas.

2- Le jeûne de 24h : le principe est très simple. Vous ne mangez que votre petit-déjeuner le matin, et vous ne mangez plus jusqu’au lendemain matin, etc. Vous pouvez faire cela durant quelques jours puis ne plus le faire, cela reposera bien votre système digestif. La majeure partie des gens pratique ce type de jeûne une fois par semaine, par exemple ils se disent que le dimanche est le jour de jeûne. Ils prennent leur petit-déjeuner le dimanche matin, puis attendent le lundi matin pour manger à nouveau, puis recommencent le dimanche suivant, etc.

3- Jeûner un jour sur deux : cela consiste, vous l’aurez deviné, à jeûner un jour sur deux. Cela vous permet de pratiquer le jeûne durant plusieurs jours, sans affamer votre corps, sans vous mettre en danger mais tout en laissant l’opportunité à votre organisme de faire une pause de temps en temps. 

Si vous souhaitez faire un jeûne sur plusieurs semaines, vous devez absolument être accompagné par un professionnel (un nutritionniste, votre médecin de famille). Arrêter de manger de temps en temps peut être bénéfique pour votre corps, cela lui permet de se ressourcer et de se renouveler.

Faire des jeûnes permet effectivement de ralentir le vieillissement du corps, car ces périodes de repos lui permettent justement de se reposer. Cependant, ne pas s’alimenter de manière trop régulière et mal gérée revient à mettre sa santé en danger, ce n’est pas recommandé et je vous conseille de faire attention à ce sujet.

Si vous respectez votre corps et que vous êtes suffisamment attentifs à votre santé, le jeûne a réellement les bienfaits salvateurs pour votre corps. Prenez les précautions nécessaires, et profitez pleinement de ce repos bienfaiteur.

Dépasser la peur de l’engagement

Comprendre ce qu’est la peur de l’engagement

pexels photo 568027 - Dépasser la peur de l'engagement

Il arrive souvent que certaines personnes ressentent de la peur envers le principe d’engagement dans le couple. Au début tout se passe bien, mais lorsque la relation prend une tournure plus sérieuse, qu’il s’agisse du premier “Je t’aime” énoncé par le partenaire, une clé d’appartement offerte dans un coffret ou encore une demande en mariage, certains prennent peur. Cela peut les pousser à un profond mal-être, ou encore à un comportement de fuite. Avoir peur de l’engagement ne vient pas de nul part, il est très important de se concentrer sur soi-même et d’essayer de comprendre quelle est la cause à l’origine de cette peur.

Comme premiers pas dans la compréhension de la raison d’exister de cette peur de l’engagement qui se trouve en vous, voici quelques questions que vous pouvez vous poser, afin de vous mettre sur le voie :

  • Est-ce que cette peur est liée à votre partenaire actuel ? A une histoire passée, ou alors à votre environnement familial ?
  • Ressentez-vous des difficultés à vous attacher réellement à la personne qui partage votre vie ? Est-ce que par hasard, cette personne aurait des points communs avec l’un de vos parents avec qui vous rencontrez des difficultés relationnelles ?
  • Avez-vous peur de vous engager envers l’autre parce que vous avez été trompé auparavant ?
  • Avez-vous du mal à faire confiance et à considérer vous engager de manière durable parce que vos parents ont traversé un divorce difficile ? Ou qui vous a fait souffrir ?
  • Est-ce qu’un de vos parent a été “esclave” dans le couple ? Est-ce qu’un d’eux n’a pas connu le bonheur à cause de son comportement favorisant constamment les besoins et attentes de l’autre (pressions familiales, mariage de convenance) ? Dans cette situation-là, ressentez-vous que votre peur de l’engagement est liée à votre crainte de perdre votre liberté ?
  • Avez-vous des difficultés à vous attacher à une femme, parce qu’elle est loin d’avoir les qualités de votre mère ? Ou bien est-ce difficile pour vous d’accepter un homme à votre côté, parce qu’il n’arrive pas à la cheville de votre père qui vous a toujours mis(e) sur un piédestal ?

Toutes ces questions ne sont qu’un échantillon d’exemples. L’essentiel à comprendre ici, c’est qu’il est très important de faire des liens entre vos peurs et comportements d’aujourd’hui, avec vos expériences passées et les personnes qui ont fait partie de votre entourage.

Très souvent, les causes de la peur de l’engagement trouvent leur source dans les schémas familiaux dans lesquels vous avez baigné. Il est important d’analyser votre passé pour comprendre votre peur de l’engagement dans le présent, car le plus vous restez éloigné de ces situations passées, le plus vous vous enfoncez dans votre peur. Ainsi, vous ne comprendrez pas pourquoi vous répétez constamment le même schéma (ne as réussir à vous engager, ne pas parvenir à faire suffisamment confiance, etc.). 

4 Étapes pour surmonter votre peur de l’engagement

1- Identifier les causes de votre peur

La première chose est alors de réussir à faire la distinction entre les éléments qui concernent uniquement votre partenaire, et ceux qui vous concernent personnellement (avec votre vécu). Parce qu’en effet, même si le plus souvent la peur de l’engagement trouve sa source dans les expériences familiales, elle peut aussi avoir pour origine un mode de fonctionnement de votre partenaire qui ne vous met pas en confiance. Cela peut se retrouver dans des cas où par exemple vous ne vous sentez ni écouté ni respecté par votre partenaire. Il a trop d’attentes que selon lui vous ne parvenez jamais à joindre, ou encore il ne vous aime pas suffisamment. Ces raisons provoquent aisément une peur vous retenant dans l’engagement à l’autre. Cette peur peut aussi être mise en place part un élément de votre couple qui vous met mal à l’aise, ce qui vous pousse à garder un certain recul dans votre relation. Cela provient généralement de divergences considérées comme importantes, telles que : des religions différentes, des objectifs de vie opposés, une relation à distance … Ces situations font naître des doutes, ce qui encourage un évitement de l’engagement.

pexels photo 326642 - Dépasser la peur de l'engagement

Donc vous devez comprendre ce qui relève de vous, de votre historique familial ou de votre partenaire. Posez-vous alors les questions posées ci-dessus, et d’autres. En vous connectant ainsi avec vous-mêmes, vous arriverez à déterminer plus précisément d’où peut venir cette peur de l’engagement que vous vivez au quotidien. Favorisez l’écriture, il est souvent plus facile de se laisser aller et de faire un travail d’introspection lorsque l’on écrit. Cela vous permettra de plus d’avoir une trace écrite de votre réflexion, ce qui sera un atout lorsque vous aurez besoin de revenir sur certaines idées que vous aurez eu plus tard. Ce travail personnel est nécessaire si vous souhaitez comprendre pourquoi vous avez tant de mal à vous donner pleinement à l’autre, ou à faire confiance en des projets communs, ou simplement pourquoi vous n’osez juste pas à amorcer une relation sérieuse. En analysant ces nombreux aspects de votre vie, vous pointerez du doigt ce qui vous gène. En prendre conscience est déjà un pas énorme sur la voie de la guérison de la peur, car une fois ciblée, il est toujours plus simple de la surmonter.  

Maintenant que vous avez identifié la ou les causes de votre peur de l’engagement, vous allez pouvoir modifier votre perception de la relation.

En effet, après ces instants de réflexion, nous sommes généralement confrontés à deux situations :

  • Nous avons réalisé que ce qui nous fait peur n’est pas lié à notre relation (car elle est liée à notre historique familial par exemple), et dans ce cas nous cherchons à surmonter notre peur.
  • Nous comprenons que la cause vient du couple en lui-même et que nous ne pouvons rien y faire si le problème vient du partenaire, et dans ce cas-là, la plupart des gens ont plutôt tendance à mettre un terme à la relation. Car quand nous ne sommes pas heureux dans une situation, il y a deux issues uniquement : sortir de cette relation, ou alors changer quelque chose. Rester passif dans une relation non satisfaisante n’est pas une bonne solution, parce que cela mène à un mal-être important. Il ne faut pas rester dans une relation sans issue.

2- Etre en accord avec soi-même

woman girl freedom happy 39853 - Dépasser la peur de l'engagement

Il est très important d’avant tout se respecter. Ne cherchez pas à aller trop vite pour répondre aux attentes de l’autre, ou de penser à fuir dès que la situation prend une tournure un peu “trop engagée”. Prenez le temps de vous poser les bonnes questions, de faire attention à ce que vous ressentez et de respecter vos propres besoins.

La peur de l’engagement vient souvent du fait d’avoir peur que l’autre nous retire notre liberté, on a peur que la relation dans laquelle on s’engage nous enchaîne. Vous devez savoir que vous êtes la première personne à vous mettre les chaînes dans une relation, si vous vous sentez enfermé : si vous vous privez de faire telle ou telle chose ou de vous exprimer librement à cause de l’autre, ce n’est pas votre partenaire qui vous prive de votre liberté, c’est vous-même. Il est alors très important que vous vous respectiez, soyez attentifs à vos sentiments et à vos besoins, et respectez vous-même votre propre liberté.

Dans votre travail personnel pour surmonter votre peur de l’engagement, il vous faut communiquer sincèrement avec votre partenaire. N’essayez pas de vous replier sur vous-même, parlez de vos craintes et insécurités à haute voix. Sans compter que cela peut vous aider d’autant plus à réaliser ce que vous ressentez, il est aussi possible que la personne qui partage votre vie puisse vous aider. L’autre peut être d’une écoute utile et aidante, cependant, si votre partenaire ne vous écoute pas lorsque vous exprimez vos sentiments, peurs et besoins … ne regrettez pas d’avoir parlé, car oser partager ses craintes, c’est un pas important dans la guérison de la peur, c’est un cadeau que vous faîtes à vous-même. Si l’autre écoute, tant mieux et cela peut être d’une grande aide, mais sinon, ne vous freinez pas pour autant dans votre démarche et soyez fier de vous.P

3- Désacraliser le couple

Une erreur que font énormément les personnes en couple est d’entrer dans une sorte de symbiose excessive, qui leur fait perdre leur identité. Etre en osmose avec l’autre peut être quelque chose de magnifique, mais cela peut entraver votre identité et donc votre bien-être. Avoir peur de l’engagement, c’est aussi avoir peur de se perdre en l’autre ou pour l’autre. Il est donc nécessaire que vous remettiez en question cette bulle dans laquelle vous vous enfermez, et que vous preniez un peu de recul en réaffirmant qui vous êtes dans toute votre singularité

4- S’entraîner à prendre des décisions

Dans le but de vaincre la peur de l’engagement, il est important de vous entraîner à prendre plus facilement des décisions. En effet, lorsque vous engager dans une relation ou envers l’autre vous fait peur, cela se retrouve aussi beaucoup dans d’autres aspects de votre vie. Si vous avez généralement peur de vous engager amoureusement, c’est aussi le cas au travail, dans vos relations sociales en général, dans votre quotidien avec vous-même… Cette façon de constamment se retrouver au milieu de deux possibilités, de ne savoir que choisir, d’éviter de prendre des décisions importantes, de constamment repousser une finalité… tout cela représente un comportement d’indécision, qui se retrouve finalement par être un manque d’engagement envers soi-même.

Si vous apprenez avec le temps à vous respecter et à prendre des décisions pour vous-même, cela vous entraînera à prendre des décisions dans le couple et donc, à vous engager progressivement dans votre relation avec moins de souffrance. Pour cela, vous pouvez par exemple décider dans quel restaurant aller ce weekend, quel film voir au cinéma ou encore quelle activité faire lors d’une journée ensoleillée.

Partager
Facebookmail